Le Bec Hellouin, le 9 novembre 2010

logo_bec_hellouin2Bonjour à tous,
Hier, je n’en ai pas cru mes yeux : 5 courageux amapiens ont bravé une pluie diluvienne pour venir nous aider ! Toute cette route ! J’étais vraiment touché, et je vous en remercie. Nous avons le sentiment que notre partenariat progresse et vous en sommes très reconnaissants.

Paysan sous le soleil, c’est la belle vie, mais dans le froid, la pluie et la boue comme en ce moment, il faut être courageux pour venir de Paris travailler dans les jardins.

Vous l’avez compris, la météo est humide, c’est de saison. Du coup nos légumes ne se conservent pas très bien, nous jetons courges et oignons en grand nombre, ce qui n’est jamais très satisfaisant. Les oignons sont triés un par un avant d’arriver chez vous, dans le climat sec d’un appartement parisien ils devraient bien se conserver.
Par contre les courges sont à consommer dans la semaine car nous vous mettons celles qui commencent à s’abîmer.

Nous sommes tous plus ou moins habitués à manger des fraises en hiver, et plus trop à manger ce que la nature nous offre au rythme des saisons. Le contenu des paniers reflète pourtant leur succession, certains sont peut être déconcertés par l’abondance de courgettes en été, de courges à l’automne… Cela bouscule un peu nos habitudes alimentaires, j’en conviens.
Mais c’est aussi une joie de se reconnecter aux saisons : la première fraise, la première cerise, la première tomate sont toujours une fête !

Donc, comme il y a mille et une façon de cuisiner les courges, vous pouvez varier vos plats presque à l’infini. Et si vous saturez, vous pouvez les congeler pour le printemps. Cette semaine les abonnés de Duhamel ont du mesclun qui comporte une plante sauvage, le mouron, plusieurs variétés de salades et de la livèche et ciboule pour aromatiser. Cueilli cet après midi, donc ultra frais pour les (ou la) crudivores !Nous avons épuisé notre stock de pommes de terre et la livraison de celles de notre collègue maraîcher bio, que nous attendions hier, n’est pas arrivée.
Mais à partir de la semaine prochaine vous devriez pouvoir compter sur pommes de terre et carottes toutes les semaines jusqu’aux beaux jours.

A part cela, ici le rythme ne ralentit pas, avec toujours un ou deux stagiaires sympas et motivés pour nous épauler. Nous recevons de plus en plus de demandes de futurs agriculteurs désireux d’apprendre ici la permaculture, 3 demandes depuis dimanche, pour y répondre nous sommes en train de créer des formations.
Une nouvelle aventure qui s’annonce pour 2011.

Amitiés à vous tous,

Charles