Le Bec Hellouin, le 8 novembre 2011


logo_Panier
Bonjour à toutes et tous,
Voici les nouvelles de la ferme. Le temps est toujours exceptionnellement doux pour la saison, humide, ce qui favorise la pousse des légumes d’automne – même si elle est bien plus lente qu’en été car dépendante de la durée de l’ensoleillement et de la température moyenne. Cela favorise aussi les parasites et la pourriture.
.
Nous avons eu cette année, pour la première fois, une attaque généralisée de chenilles sur les choux (les jolis papillons blancs qui volettent au dessus des cultures sont des piérides du choux). Nous avons traité à l’aide d’un bacille qui parasite le système digestif des chenilles. D’habitude nous n’avions pas à faire cela.
Chez nous comme ailleurs les poireaux sont aussi assez attaqués par la mouche du poireau dont le ver creuse des petites galeries. Ordinairement le gel tue ces parasites et le poireau grossit pendant l’hiver, éliminant les dégâts. Nous constatons heureusement que l’association carottes/poireaux que nous avons pratiqué (pas partout) a limité les dégâts, car les odeurs respectives chassent les parasites des deux légumes. Désolé donc pour ces petits hôtes indésirables si vous en trouvez.
.
Autre souci avec les poireaux : ils sont nombreux à monter en fleurs, ordinairement le froid stoppe ce processus. Jusqu’à présent nous avons jeté ou consommé nous-mêmes les poireaux qui commençaient à monter. Du fait que les jardins se dégarnissent, je choisis de vous les mettre, car nous n’avons pas observé en les mangeant que cela soit un problème, une fois cuits il ne reste pas de tige plus dure au centre. Peut être le goût est-il un peu plus prononcé ?
.
Nous vous mettons aussi cette semaine les dernières tomates. Pas de panique devant les tomates vertes, il y a de multiples manière de les cuisiner. Nous avons transmis diverses recettes les années précédentes. Nous nous régalons toute l’année du chutney de tomates vertes de Minnie, quand aux confitures, elles sont aussi très prisées.
Cela ne sera pas évident de bien remplir les paniers tout l’hiver, avec la pourriture qui attaque les légumes de garde et les faibles récoltes de courges et d’oignons. Je pense donc, si nous sommes trop justes, compléter les paniers avec des produits transformés, puisque nous avons la chance de pouvoir le faire (ce qui n’est pas le cas de tous les maraîchers) : confitures, jus de pomme, vinaigre de cidre, pain…
.
Un autre exemple des dégâts de l’humidité : une partie de nos cultures de mâche se couvre d’une moisissure grise que nous n’avions jamais observé auparavant, même en extérieur. Pas d’autre remède que de les jeter. Certains d’entre vous vont râler devant des paniers plus légers cet hiver. Dîtes vous que c’est tout aussi râlant pour nous de devoir jeter des cultures que l’on s’est donné tant de mal à mener : les oignons qui germent, les pommes de terre et les navets qui pourrissent… Et cela prend beaucoup de temps de trier presque chaque semaine les filets de pommes de terre, d’oignons… Rien de plus démoralisant que de voir grossir le tas de légumes abîmés. Mais c’est la vie ! On ne peut pas avoir que des bonnes saisons !

.
Cet après midi nous allons brasser le cidre. Nous avons 19 stagiaires en formation maraîchage cette semaine. Tout le monde s’active dans les jardins, les caves…
.
Bonne semaine, amicalement,
Charles
.

Les commentaires sont fermés.