Le Bec Hellouin, le 19 juillet 2011

logo_bec_hellouin2Voici les moments marquants de la semaine :
La visite d’une délégation de permaculteurs cubains et français (avec qui Perrine a effectué le voyage d’étude à Cuba), durant trois jours. Robertico et Cari sont responsables de l’une des principales fondations cubaines, la FAJ, dont la vocation est d’enseigner la  permaculture pour développer des cultures vivrières. Ils enseignent aussi dans divers pays et viennent de donner un cours en France. Nous avons beaucoup appris à leur contact et les échanges se sont  prolongés tard la nuit (arrosés de quelques Mojitos, como no !). Nous  étions surpris de leur regard très positif sur la ferme, eux qui ont visité de nombreux sites à travers le monde disaient qu’ils n’en avaient jamais vu de site aussi abouti – cela doit être une exagération à la cubaine, je le souhaite en tout cas. Nous sommes invités par la FAJ à Cuba pour échanger sur le maraîchage avec eux,  mais je ne sais si nous trouverons le temps d’y aller. En tout cas,  je n’oublierai pas les précieux conseils de Robertico.

Une satisfaction également : la mise en place des cultures d’automne et d’hiver, selon un protocole que nous sommes en train d’élaborer dans le cadre d’une étude sur la rentabilité économique du maraîchage en permaculture. Nous sommes très heureux car une unité de recherche  de l’INRA et Agro Paris Tech s’associe à cette étude, et nous allons  certainement apprendre beaucoup. L’idée est de numéroter et mesurer  chaque planche, puis de comptabiliser tout ce qui rentre et tout ce  qui sort – y compris bien sûr le temps de travail – afin d’avoir une  idée de la rentabilité obtenue au mètre carré. Ce n’est qu’un modeste  début, mais S1 et S2, les deux premières planches sous la serre, ont  été baptisées ce soir !

Tout ceci fait partie du processus de recherche et d’améliorations  constantes menées ici, qui a pour objectif de vous livrer des paniers  bien garnis en toutes saisons ! Il y a… du pain sur la planche,  mais l’idée d’avancer, de progresser, nous motive au plus haut point.

Côté météo, plutôt froid et pluvieux, les légumes d’été ont du mal à  mûrir et tardent un peu.

Bonne semaine, bien amicalement,

Charles

 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.