Le Bec Hellouin, le 16 novembre 2010

logo_bec_hellouin2Bonjour,
Récoltes sous le soleil aujourd’hui, enfin ! Tant de pluie devenait un peu déprimant. Mais aujourd’hui l’air est léger et les couleurs magnifiques.
La ferme est toute détrempée, il pleut rarement autant, même en Normandie. Les fossés de drainage creusés l’an passé ont été remplis pour la première fois.

Cela continue à pousser dans la serre, lentement : choux chinois, épinards, divers radis, mâche, salade… Mais je ne sais quand cela sera prêt, au printemps probablement. Dehors les choux poussent aussi lentement, les navets, panais et rutabagas aussi, tout comme les poireaux. Ils sont encore petits, je les garde en réserve.

Nous commençons à mettre dans vos paniers les légumes de plein champ de Sébastien, maraîcher bio sur 45 hectares en Seine Maritime. Il ne produit que des pommes de terre, carottes et betteraves, en grosses quantités, cela vient bien compléter notre production très diversifiée, mais sur une toute petite surface et sans aucune mécanisation. C’est avec votre accord que nous complétons notre production par la sienne. Ce genre d’échanges se fait de plus en plus, il est effectivement cohérent que chaque maraîcher ne cherche pas à tout produire seul, tant les cultures sont dépendantes des conditions pédo-climatiques (sol et climat), du mode de culture (mécanisation ou pas…) et des savoir-faire. Plus nous avançons, plus je découvre combien le maraîchage est un métier complexe – et donc passionnant : chaque légume, chaque fruit a ses propres exigences, et les conditions météorologiques, les conditions naturelles sont en permanence changeantes. Cela me rappelle la mer : une interaction constante et sans cesse nouvelle entre l’homme et la nature, d’où l’importance de l’expérience, ça ne s’apprend pas trop dans les bouquins !
Les pommes sont les dernières. L’ail est petit, il ne vient pas bien ici. Ou alors je m’y prend mal ???
Les herbes sont de la sauge officinale, une plantes pleine de vertus (cf blog), qui sèche bien. C’est la plante sacrée des Indiens d’Amérique du Nord.
Bonne semaine, bien cordialement,
Charles