Rock around the Bec, distribution du 31 janvier 2012


Distribution “Rock n’Roll” ce soir. Une volontaire se blesse en scooter et ne peut plus venir nous aider. Je m’y prends tard, mais j’envoie un mail d’au-secours et une volontaire se propose qui viendra la remplacer. À 19h20, la salle est ouverte, Claudia, Gwenaëlle, Stéphanie et Viviana sont là, on est 5. On installe les tables sans perdre de temps. Les tables sont bachées, les balances réparties, les tabliers enfillés.

On attends le livreur pour 19h30…

Nous n’avons pas reçu la liste des contenus des paniers et ce sera une surprise.
Je passe un coup de fil à Monsieur P. à 19h45 :

– Bonsoir … Monsieur P. … c’est Olivier, Panier Blomet …
– Pardon … j’ai pas compris … qui c’est ?
– Olivier … l’AMAP, je voulais savoir si vous étiez sur la route, …
– Ah ! … … … Ils ne vous ont pas prévenus ?
– Prévenus de quoi ?

Je ne vous fais pas toute la conversation, mais ca sent la mauvaise soirée. Il m’explique quil a un empêchement et c’est un autre livreur qui fera la course. Il a appelé la ferme du Bec Hellouin qui lui a assuré avertir tout le monde (juste nous, à Mademoiselle et à Duhamel).

Il sera en retard, il devrait être là vers 20H00.

Des AMAPiens arrivent en avance pour récupérer leurs paniers.

– Entrez au chaud, on gèle dehors, venez…

Le temps passe, nous ne savons toujours pas ce qu’il y aura dans les paniers…
Le groupe à Duhamel, vient au renseignements :

– Allo, vous savez ce qu’il y aura dans les paniers ce soir ?
– Non, Charles n’a pas envoyé la liste des contenus aujourd’hui.
– …
– Il y a une autre surprise, le livreur sera en retard … ½ heure.
– …

J’appelle Pauline qui mets les contenus en ligne sur le site, mais ce soir elle n’a rien reçu. Elle va appeler la ferme du Bec.
Le groupe se renforce, maintenant, de ceux qui sont à l’heure.

– Entrez, le livreur sera en retard d’une demi-heure. Ne restez pas dehors.

Nous installons des chaises. De ce côté-là, on est bien achalandé. Mais pour ce qui est des légumes, on ne sait toujours pas ce que l’on aura. On ne sait pas quand on l’aura non plus. On fait connaissance. D’habitude ça passe beaucoup plus vite. Bonjour, c’est un grand panier ? Quelques mots et puis au revoir, bonne soirée…
Claudia nous fait goûter un jus de légume qu’elle a préparé… C’est pas facile comme approche… Elle nous dévoile la composition… Je l’ai oubliée, je ne pense qu’à la livraison qui tarde, aux AMAPiens qui attendent et …

20h00, il ne va plus tarder !

On meuble en parlant du transport, c’est un vrai problème. Pétrole, 150km pour venir, autant pour retourner, temps, véhicule, bouchons … retards.  On évoque la fin du partenariat avec la ferme du Bec, la décision de Charles. Notre engagement à ne pas le laisser tomber.
On parle du nouveau partenariet avec la ferme Le Village et Benjamin. La diversité dans les paniers ?? Oui il y aurra de la diversité, peut-être pas autant qu’avec la ferme du Bec Hellouin, mais il y aura de quoi cuisiner. J’ai d’ailleur un tableau correspondant à la production de l’annèe passée à la ferme Le Village, sur le site. Je vais passer l’article en accès “adhérents”, vous verrez ce que Benjamin peut proposer et quand ça pousse.
La taille des paniers de Benjamin. L’équivalent en €. Des paniers quinzaines ? Le renouvellement des adhésions chaque année, le recrutement… et là il n’y aura que 30 paniers hebdomadaires. Les contrats signés avec Benjamin et les livraisons, toutes les semaines avec Benjamin aussi.

20h15, il ne doit pas être loin …

Pas de nouvelle de Pauline et des contenus. Duhamel revient aux renseignements.

– Toujours rien ?
– Non…

La salle est pleine maintenant d’AMAPiens impatients. Quelques-uns sont repartis, pas très contents, les enfants à s’occuper. L’un ne pourra pas revenir chercher son panier, trop tard. Une volontaire de distribution lui propose de le lui déposer en bas de chez lui après la distribution, c’est presque sur son chemin. Il n’est pas content, fait le sourd et s’en va en reffusant. D’autres vont repasser plus tard (ils habitent à côté). Ils rentrent s’occuper des enfants et me téléphoneront tout à l’heure avant de revenir, s’il y a du mieux.

20h30, il va venir, le livreur ???

Et le nouveau local, vous avez trouvé ? Ah ben non, on cherche toujours. Si vous entendez parler d’un local prêté aux associations, on n’a pas les moyens de louer… Et à la mairie ? Surement, il faut aller les voire, leur demander, qui y va ? … Duhamel … c’est en haut près des voies ferrées, Volontaires ? Près du métro. Ou bien …

Il est là !!! Tous le monde se lève. 

On ne sait même plus l’heure. Dix, douze AMApiens sortent en même temps pour aider à rentrer les colis dans le local. On se passe les sacs, on se croise entre le fourgon dans la rue et les tables qui attendent depuis une heure. Des fourmis pendant 5 minutes. On installe. La feuille émargement commence à se remplir… Stop ! 
On dira quand on sera prêts, on partagera ensuite. Les listes de légumes sont bien là, Ouf. On sait comment distribuer quoi. Les pommes de terre au début, les bettraves, les carottes blanches, les topinanmours, et les poireaux à la fin. Les jus de pomme près de la table à l’entrée.

Prêts ? On commence.

Alors, il y a des jus de pomme pour les grands paniers. Il y a des cotisations en retard ! J’ai encore un contrat qui n’a pas été récupéré. Là ca a été assez vite, bien préparé, bien distribué.
Un panier donné par un AMAPien à un non-adhérent qui vient le récupérer, on l’apprend sur place ! Quelques AMAPiens ne sont pas venus et n’ont pas même prévenu. Tous le monde n’est pas très sympa avec l’asso.
Par contre, tous ceux qui sont venus ce soir ont été vraiment sympa avec nous et patients.
Terminé, on à une tonne de patattes sur les bras, des bettraves, des carottes, quelques topinambours, des jus. On se réparti les excédants, on en fera profiter nos voisins. C’est aussi du lien social. On ne va pas jeter des légumes bios, quand même. Les jus vont dans l’armoire. On balaie, on range les tables contre les murs et toutes les chaises qu’on avait sorti, dans la pièce du fond.
Serpillère, rincage, fermeture du compteur, fermeture de la porte…
Espérons que Bénedicte se remettra vite de son accident, je vais tâcher de lui porter son panier demain.

22h00. La bise, au revoir…

.

 

 

 

 

span style= »font-size: small; »

Les commentaires sont fermés.